Base légale

proreta-7

La profession de conseiller conjugal que j’exerce est d’utilité publique et validée par les articles 171 et 172 du code civil suisse qui donne une base légale à la consultation conjugale :

Art. 171
K. Protection de l’union conjugale
I. Offices de consultation
Les cantons veillent à ce que les conjoints puissent dans les difficultés de leur vie d’époux s’adresser, ensemble ou séparément, à des offices de consultation conjugale ou familiale.

Art. 172
II. Mesures judiciaires
1. En général
1 Lorsqu’un époux ne remplit pas ses devoirs de famille ou que les conjoints sont en désaccord sur une affaire importante pour l’union conjugale, ils peuvent, ensemble ou séparément, requérir l’intervention du juge.
2 Le juge rappelle les époux à leurs devoirs et tente de les concilier; il peut requérir, avec leur accord, le concours de personnes qualifiées ou leur conseiller de s’adresser à un office de consultation conjugale ou familiale.
3 Au besoin, le juge prend, à la requête d’un époux, les mesures prévues par la loi. La disposition relative à la protection de la personnalité en cas de violence, de menaces ou de harcèlement est applicable par analogie.

pour prendre connaissance du code civil suisse dans son intégralité, cliquez ici.

  • En dehors de ma consultation conjugale et familiale qui est privée et indépendante, il existe quatre centres de consultation conjugale à Genève :

Issus d’institutions religieuses :

Couple et famille, la consultation de l’église catholique

Le Centre social protestant

L’Office protestant de consultation conjugale & familiale

Dépendant d’un service publique :

Le planning familial des HUG