Analyse

L’hypnoanalyse que l’on appelle aussi « hyp­no­thé­ra­pie ana­ly­tique » est avant tout une démarche psy­cha­na­ly­tique et, pour ma part, je pri­vi­lé­gie une approche freu­dienne et jungienne.

La psy­cho­thé­ra­pie et psy­cha­na­lyse ont pour grande sœur l’hypnose et, ainsi, l’hypnoanalyse est la jonc­tion entre l’analyse et l’hypnose.


Avant de créer sa propre méthode, la psy­cha­na­lyse, Freud pra­ti­quait l’hypnose en tant que méde­cin tout comme Bern­heim, lui aussi méde­cin et père du terme « psy­cho­thé­ra­pie » nom qu’il donna à sa pra­tique de l’hypnose médicale.


Lors d’une séance d’hypnoanalyse, l’état hyp­no­tique s’il est sou­haité est intro­duit soit en début de séance, soit à un moment choisi au cours de la séance. L’état hyp­no­tique per­met de faci­li­ter le tra­vail d’association libre, d’approcher dif­fé­rem­ment la ques­tion des défenses (appro­chée sur un plan sym­bo­lique), et enfin per­met une uti­li­sa­tion plus souple du maté­riel apporté par les ana­ly­sés (rêves, conte­nus fan­tas­ma­tiques, etc.).


Trois méthodes :

  • Une cure psy­cha­na­ly­tique est longue, plu­sieurs années.
  • Une thé­ra­pie en hyp­nose psycho-médicale est brève, entre cinq et vingt séances.
  • Une hyp­noa­na­lyse est entre les deux.

Une cure psy­cha­na­ly­tique est très com­plète et per­met un épanouis­se­ment telle une fleur s’ouvrant gentiment.

Une thé­ra­pie sous hyp­nose per­met de rapides avan­cées, mais par­fois le tra­vail n’est pas suf­fi­sam­ment ancré et un retour est possible.

Encore une fois, l’hypnoanalyse est effi­ciente et per­met une péren­nité du tra­vail effec­tué ainsi qu’un réel épanouissement.

L’hypnoanalyse per­met un tra­vail autour du corps, des res­sen­tis cor­po­rels et de l’abréaction, bien plus aisé qu’en cure ana­ly­tique classique.


Cure psy­cha­na­ly­tique ?

C’est à la fin du XIXe siècle que Freud fit une décou­verte majeure en écou­tant ce que lui confiaient ses malades. Il avait com­pris le rôle déter­mi­nant de notre incons­cient et des conflits qui s’y déroulent depuis notre petite enfance dans notre deve­nir exis­ten­tiel, mais aussi dans la for­ma­tion des symp­tômes des diverses mala­dies de l’esprit.

Dès lors, il aban­donna ses tra­vaux en hyp­nose pour mettre au point une méthode d’exploration issue de l’hypnose per­met­tant de résoudre les résis­tances psy­chiques et les conflits : la cure psychanalytique.


Pour­quoi suivre une analyse ?

Parce sim­ple­ment l’analyse peut être l’occasion de se décou­vrir, de s’épanouir per­son­nel­le­ment, la cure est un plaisir !

Elle est indi­quée égale­ment dans cer­tains troubles psy­chiques, notam­ment les troubles névro­tiques, ces troubles psy­chia­triques mineurs que l’on trouve chez de nom­breuses personnes.

Il s’agit d’angoisses, d’anxiété, d’inhibitions, de ten­dances dépres­sives, des troubles sexuels, etc.


L’analyse est-elle pas­sée de mode ?

On pour­rait le sup­po­ser tel­le­ment le déve­lop­pe­ment per­son­nel est devenu à la mode. Il suf­fit de se rendre dans n’importe quelle librai­rie pour consta­ter la place que reven­dique ce sujet dans les rayons.

Cepen­dant, et cela me semble très impor­tant, pour l’essentiel, ils sont tirés de méthodes issues de la pen­sée posi­tive, ce qui, à mon sens, à terme, aug­mentent les symp­tômes au lieu de les résorber.

Tou­te­fois, je ne parle pas d’Émile Coué, phar­ma­cien à Troyes, qui par sa méthode a sou­lagé de très nom­breux sujets, méthode qui est en fait de l’auto-hypnose.

La cure ana­ly­tique est tou­jours d’actualité et le restera.


En pra­tique

La cure est un inves­tis­se­ment tant sur le plan de l’engagement per­son­nel que sur le plan pécuniaire.

Elle est ouverte à tous et à toutes les bourses !

Dans le cadre de l’entretien ou des entre­tiens pré­li­mi­naires, nous allons déter­mi­ner dif­fé­rents points, par exemple :

  • Est-ce pos­sible pour nous de mettre en place une rela­tion ana­ly­sée / ana­ly­sant, ana­lysé / analysant.
  • La fré­quence des séances, géné­ra­le­ment entre deux et quatre par semaine.
  • Le coût de la séance, pour qu’elle ne repré­sente pas un obs­tacle à votre bud­get, mais qu’elle puisse s’y inscrire.
  • La durée de la cure.
  • Etc.

Veuillez être atten­tif au fait que pra­ti­quer l’art de l’hypnoanalyse demande un cur­sus de psy­cha­na­lyste et ne s’acquiert pas en seule­ment quelques jours de formation.